Accueil Questions? Aide? Envoi à un(e) ami(e)
 
   
2007   | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 |
11 avril 2007 L’enfance en fumée
5 avril 2007 Pour et contre Des logements sans fumée : Vivement, des logements sans fumée POUR
5 avril 2007 La vente de cigarillos à l’unité pourrait être prohibée
5 avril 2007 Interdiction de vente : Cigare ou cigarette ?
5 avril 2007 La popularité des cigares aromatisés inquiète Québec : le ministère de la Santé songe à en interdire la vente à l’unité
3 avril 2007 Au choix de l’accusé : cinq ans de prison… ou une amende 22 millions $
3 avril 2007 Campagne électorale 2007 : demande de position – Loi sur le tabac
3 avril 2007 Loi sur le tabac : les restaurateurs ne veulent pas revenir en arrière
3 avril 2007 Une étude britannique démontre une solution simple pour combattre l’envie de fumer : bouger.
3 avril 2007 Placements éthiques La vertu est-elle rentable ?
3 avril 2007 Nicotine au bungalow
3 avril 2007 Politique sur le tabac : le CSSSNL recule
3 avril 2007 Les locataires tiennent à leurs cigarettes
3 avril 2007 L’omniprésence de la cigarette : les créateurs sont-ils en train de se mettre à la solde des cigarettiers ?
3 avril 2007 Rôtisseries St-Hubert à Dorval-Trudeau : des ailes pour la relève
3 avril 2007 La voiture, dernier refuge des fumeurs français au boulot
3 avril 2007 Présentation en mai d’une pièce de théâtre par la gang allumée de l’école aux Quatre-Vents de Bonaventure dans le cadre de la Campagne « Faire un monde sans fumée » en Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine
3 avril 2007 Les fumeurs désertent les bars
3 avril 2007 Cela est complètement illégal
3 avril 2007 LE TABAC À LA TÉLÉ Le dernier retranchement
3 avril 2007 Les demandes des fumeurs
3 avril 2007 L’omniprésence de la cigarette Les créateurs sont-ils en train de se mettre à la solde des cigarettiers ?
3 avril 2007 Élections 2007 Les tenanciers de bars militent contre les libéraux
3 avril 2007 Les cigarettiers jouent avec les mots
3 avril 2007 Le tabac en campagne
3 avril 2007 Le directeur général de Tabac Galaxy coupable de ne pas avoir payé des taxes sur le tabac : condamné à payer des amendes de 173 377 $
3 avril 2007 Pas de cigarette dans les immeubles à logements ontariens ?
3 avril 2007 La cigarette pourrait être interdite dans les tours d’habitation
3 avril 2007 Sujet brûlant
3 avril 2007 Néfaste, la cigarette
3 avril 2007 Fumer chez soi deviendra-t-il criminel ?
3 avril 2007 Propriétaires à locataires Interdit… d’interdire de fumer chez soi!
3 avril 2007 L’interdiction de fumer dans les logements pourrait être appliquée
2 avril 2007 " Cela est complètement illégal "
 
Les cigarettiers jouent avec les mots
Clique ici pour la version longue
– À la demande du Bureau canadien de la concurrence, les trois grandes compagnies de cigarettes avaient accepté de ne plus imprimer les mots « légère » ou « douce » sur leurs paquets, ces cigarettes étant aussi toxiques que les autres.
Mais dans un livret à distribution restreinte obtenu par La Presse, JTI-Macdonald explique que ces adjectifs seront simplement remplacés par des mots comme
« veloutée » ou « ultra-veloutée ». Les autres compagnies continuent elles aussi à utiliser des trucs trompeurs, souligne l’Association pour les droits des non-fumeurs, selon qui il s’agit là de la plus grave fraude commerciale au Canada. Des documents internes montrent que les compagnies savent que des millions de personnes aimeraient arrêter de fumer. Pour les en dissuader, elles leur font croire que des cigarettes moins fortes nuisent moins à leur santé. Avec sa grande usine dans l’est de Montréal, JTI Macdonald est le plus important fabricant de cigarettes au pays. La compagnie a distribué un « guide des dénominations de marques » à un congrès national de propriétaires et de gérants de dépanneurs et de stations d’essence, qui a réuni plus de 4 000 personnes les 7 et 8 mars à Toronto. « Suite à notre lettre du 20 novembre 2006, JTI-Macdonald a commencé à enlever les dénominations « légère » et « douce » ainsi que leurs variantes sur ses paquets de cigarettes et ses produits Coupe fine, explique Nelson Medeiros, vice-président à la mise en marché commerciale, dans l’introduction du livret. Les produits avec leurs nouvelles dénominations seront bientôt disponibles chez tous les détaillants canadiens. » Ainsi les Export ’A’ « légères spéciales » deviendront les Export ’A’ « veloutées ». Les Macdonald Select « ultra douces » deviendront les Macdonald Select « ultra veloutées » ou « extra veloutées ». La compagnie utilisera des chiffres et des codes de couleurs en dégradé : les Vantage « ultra légères » deviendront les Vantage « Un 1 » avec un code bleu ; les Vantage « légères » deviendront les Vantage « Spécial 5 » avec un code gris ; tandis que les Vantage les plus fortes porteront le chiffre 9 avec un code rouge. Distributeur de marques américaines au Canada, JTI Macdonald remplacera les Camel et les Winston « légères » par des Camel et des Winston « bleu ». La compagnie Imperial Tobacco, principal commanditaire du congrès commercial de Toronto, a désormais recours à des dégradés de couleurs et à différents types de voiliers pour distinguer ses Player’s « légères ».

Les fabricants ont longtemps brandi des tests faits avec des machines pour faire croire qu’une bouffée de cigarette dite légère contenait moins de nicotine et de goudron qu’une cigarette normale. Ce n’est pas faux ; le papier, par exemple, est plus perforé. Mais les humains ne sont pas des machines : d’autres tests ont prouvé que les fumeurs compensent le manque de nicotine en prenant plus de bouffées ou en bouchant les trous du papier avec leurs doigts, et cela de façon automatique. Résultat : ils absorbent autant de goudron.

Chiffres éloquents
Des études épidémiologiques ont montré que les fumeurs de « légères » courent autant de risques. La moitié des fumeurs canadiens fument des légères ; la moitié des quelque 37 000 Canadiens tués chaque année par le tabac sont des fumeurs de légères. « Nous pouvons démontrer que les consommateurs de ces marques ne cessent presque pas de fumer », signale un document interne d’Imperial Tobacco. Un dirigeant de la compagnie s’en félicitait dans une conférence : « Il est utile de considérer les légères davantage comme une troisième option pour ceux qui pensent cesser de fumer ou réduire leur consommation ». Un autre document interne notait : « Les Player’s extra-légères sont toujours présentées comme une version plus douce, et donc plus saine… Elles demeurent une solution santé pour les fumeurs. »

Le Canada a signé une convention de l’Organisation mondiale de la santé, interdisant que les paquets de cigarettes « donnent directement ou indirectement l’impression erronée qu’un produit du tabac particulier est moins nocif que d’autres » en utilisant des termes trompeurs comme « à faible teneur en “goudron » ou « légères ».

Des pressions
Réagissant à une plainte, le Bureau fédéral de la concurrence a fait pression sur les trois principales compagnies pour qu’elles cessent d’employer les termes « légères » et « douces » à compter du 1er juillet 2007. L’entente a été conclue l’automne dernier. Mais rien n’empêche les compagnies d’utiliser des synonymes. « On peut jouer au chat et à la souris pendant des années, dit François Damphousse, de l’Association pour les droits des non-fumeurs. Le gouvernement prévoit déposer bientôt un règlement sur les termes trompeurs. S’il interdit seulement les qualificatifs « douces » et « légères », ce sera insuffisant pour éliminer la fraude. Le gouvernement devrait obliger les compagnies à vendre des paquets neutres, de couleur terne, où seraient seulement écrits la marque, le nombre de cigarettes et les avertissements de Santé Canada. »

SOURCE : Cyberpresse, Mercredi, 21 mars 2007 / André Noël
La Presse