Accueil Questions? Aide? Envoi à un(e) ami(e)
 
   
2007   | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 |
11 avril 2007 L’enfance en fumée
5 avril 2007 Pour et contre Des logements sans fumée : Vivement, des logements sans fumée POUR
5 avril 2007 La vente de cigarillos à l’unité pourrait être prohibée
5 avril 2007 Interdiction de vente : Cigare ou cigarette ?
5 avril 2007 La popularité des cigares aromatisés inquiète Québec : le ministère de la Santé songe à en interdire la vente à l’unité
3 avril 2007 Au choix de l’accusé : cinq ans de prison… ou une amende 22 millions $
3 avril 2007 Campagne électorale 2007 : demande de position – Loi sur le tabac
3 avril 2007 Loi sur le tabac : les restaurateurs ne veulent pas revenir en arrière
3 avril 2007 Une étude britannique démontre une solution simple pour combattre l’envie de fumer : bouger.
3 avril 2007 Placements éthiques La vertu est-elle rentable ?
3 avril 2007 Nicotine au bungalow
3 avril 2007 Politique sur le tabac : le CSSSNL recule
3 avril 2007 Les locataires tiennent à leurs cigarettes
3 avril 2007 L’omniprésence de la cigarette : les créateurs sont-ils en train de se mettre à la solde des cigarettiers ?
3 avril 2007 Rôtisseries St-Hubert à Dorval-Trudeau : des ailes pour la relève
3 avril 2007 La voiture, dernier refuge des fumeurs français au boulot
3 avril 2007 Présentation en mai d’une pièce de théâtre par la gang allumée de l’école aux Quatre-Vents de Bonaventure dans le cadre de la Campagne « Faire un monde sans fumée » en Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine
3 avril 2007 Les fumeurs désertent les bars
3 avril 2007 Cela est complètement illégal
3 avril 2007 LE TABAC À LA TÉLÉ Le dernier retranchement
3 avril 2007 Les demandes des fumeurs
3 avril 2007 L’omniprésence de la cigarette Les créateurs sont-ils en train de se mettre à la solde des cigarettiers ?
3 avril 2007 Élections 2007 Les tenanciers de bars militent contre les libéraux
3 avril 2007 Les cigarettiers jouent avec les mots
3 avril 2007 Le tabac en campagne
3 avril 2007 Le directeur général de Tabac Galaxy coupable de ne pas avoir payé des taxes sur le tabac : condamné à payer des amendes de 173 377 $
3 avril 2007 Pas de cigarette dans les immeubles à logements ontariens ?
3 avril 2007 La cigarette pourrait être interdite dans les tours d’habitation
3 avril 2007 Sujet brûlant
3 avril 2007 Néfaste, la cigarette
3 avril 2007 Fumer chez soi deviendra-t-il criminel ?
3 avril 2007 Propriétaires à locataires Interdit… d’interdire de fumer chez soi!
3 avril 2007 L’interdiction de fumer dans les logements pourrait être appliquée
2 avril 2007 " Cela est complètement illégal "
 
Les fumeurs désertent les bars
Clique ici pour la version longue
– Les terrasses fermées, les fumeurs sont restés chez eux. Les restaurants et bars du Québec ont connu leur pire début d’hiver depuis des années, le premier depuis que leurs clients ne peuvent plus fumer dans leurs établissements. Leurs revenus ont chuté de plusieurs millions de dollars en décembre dernier. Un mois de décembre qui, rappelons-le, était exceptionnellement doux. ” Préparez-vous : la baisse en janvier et février va être deux fois pire “, prévient Peter Sergakis, de l’Union des tenanciers de bars du Québec. ” Il n’est pas question que je sorte au froid pour fumer “, tranche Daniel, qui fume trois paquets de cigarettes par jour et qui les fume désormais dans un garage sombre, avec des copains. Les restaurants québécois ont perdu 30 millions en recettes, si l’on compare le mois de décembre 2005 à décembre dernier; les bars, 8,5 millions. Les dernières données de Statistique Canada, dévoilées hier, nous apprennent aussi que dans les autres provinces, les recettes ont plutôt légèrement augmenté.

C’est cette baisse, à l’arrivée du froid, que craignaient de nombreux tenanciers de bar en guerre contre la loi 112 qui empêche leurs clients de fumer à l’intérieur.
” C’est catastrophique pas seulement pour les bars, poursuit Peter Sergakis, mais pour les fournisseurs. Les brasseurs commencent à s’inquiéter beaucoup. ” L’Union s’attend à une baisse du chiffre d’affaires de 25 % pour l’ensemble des débits de boissons, dans les mois à venir. Plusieurs fumeurs préfèrent maintenant se retrouver chez un collègue à la sortie du bureau. Daniel et ses copains ont trouvé une autre solution : ils ont aménagé un garage privé, dans un immeuble à
logements de l’Ouest-de-l’Île. Une douzaine d’hommes s’y retrouvent tous les soirs, après le travail. À 18h, hier, l’endroit était déjà très, très enfumé. Trop pour un non-fumeur, malgré le système de ventilation que le groupe a installé. Il y a aussi un petit gril, une cafetière, des toilettes, deux frigos, une radio et le menu de la rôtisserie la plus proche. ” Ce n’est pas une question d’argent, c’est une question de cigarettes, explique Daniel, qui préférait que l’on ne donne pas son nom de famille pour éviter que le propriétaire reconnaisse son garage. Pour moi, les bars, c’est fini. Et les cafés aussi. Car un café sans cigarette, ce n’est plus un plaisir. ” La décroissance pour les bars s’était déjà annoncée en novembre, avec une diminution de 18 % des recettes, comparé à l’année précédente. Décembre confirme la baisse.

Les clients vont ailleurs
Les restaurants ont plutôt observé une diminution de 8 % de leurs recettes, de décembre 2005 à décembre 2006. ” Nous sommes vraiment dans une période de décroissance “, indique François Meunier, de l’Association des restaurateurs du Québec. Oui, il y a eu la loi 112, dit-il, mais il y a aussi un ralentissement économique qui fait mal aux restaurants. ” La capacité de dépenser des gens est restreinte “, explique François Meunier. Alors les consommateurs vont plutôt sortir dans les restaurants ” à service restreint “, les comptoirs de restauration rapide où la note est moins élevée. Quand l’économie va mal, le secteur de la restauration et du divertissement est le premier touché, rappelle M. Meunier. Pour ce qui est de la cigarette, les restaurateurs ne s’en plaignent généralement pas trop, dit-il. Jean Bédard, président de La Cage aux sports, explique que ses restaurants ont évité la catastrophe. Le mois de décembre 2006 a été comparable à celui de l’année précédente. ” Les serveuses nous disent que les clients réguliers, fumeurs, restent moins longtemps, explique-t-il. Est-ce que, en contrepartie, les clients non-fumeurs restent plus longtemps ? Peut-être. ” L’argument tient pour les restaurants, mais pas pour les bars, dit Peter Sergakis. ” Les non-fumeurs, ce n’est pas notre clientèle, dit-il. Ils ont un autre mode de vie. Ils ne sortaient pas dans les bars avant, ils n’y vont pas plus maintenant. ”

SOURCE : La Presse, Actualités, jeudi, 1er mars 2007, p. A3
Bérubé, Stéphanie