Nous, les 16 membres du Réseau conseil de la gang allumée, affirmons publiquement, en ce jeudi 22 mars 2007, que la présence du tabac à l’écran exerce une influence extrêmement préjudiciable sur nous, les adolescents québécois.

Et ça, souvent à notre insu, en plus !

Nous affirmons que le tabac à l’écran représente un problème important pour la nouvelle génération de jeunes parce que sa présence, pas toujours justifiée, contribue à nous faire commencer à fumer.

Vous, les artisans du cinéma et de la télévision, vous dites vous inspirer de la réalité pour créer des personnages à l’écran qui nous font rire, pleurer et réfléchir ? OK. Mais c’est à deux sens, ces histoires-là, parce que vos personnages influencent aussi notre propre réalité à nous, les jeunes.

On pense que si vous saviez à quel point on peut être influencés par vos personnages qui fument, il n’y aurait probablement pas trois fois plus de fumeurs dans vos films que dans la vraie vie, comme c’est le cas maintenant.

Parce que la vraie réalité, c’est que nous, les jeunes du secondaire, on est 8 sur 10 à ne pas fumer. 80 % des Québécois adultes sont aussi des non-fumeurs. Pas le contraire.

Parce que la vraie réalité, c’est qu’à cause de son grave impact sur la santé, la place du tabac a changé au Québec ces dernières années. Nous, la nouvelle génération de jeunes, on veut aller dans cette direction. On refuse de se laisser influencer. Mais avec tous ces personnages au look le plus souvent cool, sexy ou rebelle qui fument au cinéma et à la télé, c’est vraiment pas facile !

Rappelons qu’avec son petit air cool et rebelle, la cigarette est la pire meurtrière de l’histoire et au Québec, la première cause de mortalité évitable.

On n’arrête pas de dénoncer les scènes gratuites de violence et de sexe à la télévision. On dit que ça nous influence négativement. Et que ce n’est pas bon pour nous, les jeunes.

Mais commencer à fumer à 12 ans, c’est pas mal nul aussi, non ? La vraie réalité, c’est que c’est vers cet âge-là, au début du secondaire, que la majorité des fumeurs débutent leur dépendance à la cigarette.

Faut comprendre que nous, les adolescents…

Et que c’est pour ça que vos personnages, à votre insu et au nôtre, peuvent nous porter à nous initier au tabac. Dans la vraie réalité, nous, les adolescents, on court trois fois plus de risques de commencer à fumer quand on voit nos héros fumer à l’écran !

C’est pour tout ça que la présence du tabac à l’écran nous inquiète et nous déçoit.

On ne vous demande pas de bannir à tout jamais la cigarette des écrans. Non, quand même. Pas question de vous censurer non plus, pas question de vous limiter dans votre création, on aime bien trop vos histoires pour ça !

Ce qu’on veut, ce que nous demandons d’une seule voix aux artisans du cinéma et de la télévision québécoise, nous, les jeunes du Québec, c’est…

On est absolument persuadés que vous avez un pouvoir beaucoup plus grand que vous ne le croyez pour réduire l’attrait de la cigarette chez les adolescents québécois.

Nous, les membres du Réseau conseil de la gang allumée, nous tenons à vous remercier publiquement aujourd’hui, au nom de pratiquement un demi million d’adolescents québécois, pour l’importance que vous accorderez à la problématique du tabac à l’écran.

Merci de nous avoir écoutés. Et merci de nous entendre.

Les 16 membres du
Réseau conseil de la gang allumée 2006-2007