AccueilQuestions? Aide?Envoi à un(e) ami(e)

êtreallumé / La chanson thème / Entrevue


Par Natasha Paquet-Lavoie, Réseau conseil de La gang allumée, représentante de la région Montréal
Indépendant, les pieds sur terre et cultivé, Coriolan est un auteur-compositeur-interprète qui a du mordant. Sa chanson Penses-y même pas! lance un message subtil en expliquant que même si les jeunes aiment braver les interdits, la cigarette ne doit pas leur servir de rite de passage.

Le commencement d’une passion
Dès son plus jeune âge, Coriolan était un garçon qui s’acceptait comme il était. Sa passion pour la danse et la musique lui a permis de se créer un univers bien à lui.

Pour aller au bout de ses rêves, il n’a pas eu besoin de s’entourer d’une multitude de personnes. Il a fait son chemin en connaissant sa vraie nature et en cherchant à partager sa passion avec le monde entier. Grattant sa guitare en cherchant des accords, il ne voyait pas l’utilité de s’identifier à une gang pour se réaliser. Il pouvait, de cette manière, éliminer ce qui l’écartait de son objectif, entrer dans le monde des arts et du spectacle.

Une conscience sociale
Coriolan voulait faire sa part pour sensibiliser les jeunes au problème du tabagisme. Il y a deux ans, il a donc approché le Conseil québécois sur le tabac et la santé et a proposé d’écrire une chanson sur le sujet. « Une chanson qui ose dénoncer le tabac comme ennemi de la société. » Grâce à sa persévérance, c’est lui qui a été choisi pour composer et interpréter la chanson-thème du spectacle êtreallumé, intitulée Penses-y même pas!
Bien que voir des gens fumer l’agace, Coriolan a un grand respect pour les fumeurs. L’artiste ne cherche pas à convaincre. Il veut nous faire réfléchir deux petites minutes. « Je crois que nous pouvons voir par nous-mêmes les effets néfastes de la cigarette. Mon rôle est tout d’abord de divertir les gens en les séduisant et c’est de cette façon que le mini-message peut passer le mieux. La cigarette est un objet dont on peut se passer. »

C’est avec une toute nouvelle approche que Coriolan fait passer son message aux jeunes d’aujourd’hui. Il a la conviction qu’on ne doit pas fumer pour s’affirmer, car la personnalité se développe à l’intérieur de soi d’abord. « C’est facile de faire comme les autres, mais être fidèle à soi, il faut y mettre des efforts. C’est ça qui te donne une force de caractère. Tu peux montrer que tu peux être cool et positif. »

De l’énergie à revendre
Coriolan a toujours eu un penchant pour la musique et la danse. Perfectionniste et fonceur, il n’a jamais baissé les bras. Il est en train de réaliser un de ses rêves qui est d’enregistrer un album solo. Il y travaille avec acharnement pour donner le meilleur produit possible. « Chacun a son chemin et ce n’est pas avec des raccourcis que l’on va atteindre ses objectifs. Il faut s’entourer de gens positifs pour progresser dans la vie. » Pour être là où il est maintenant, il a dû sacrifier plusieurs choses. Pour être un artiste, il faut avoir beaucoup d’humilité, apprendre de ses erreurs et rester ouvert aux critiques constructives. « Car si tu n’avances pas, tu recules, tout simplement. » 

Finalement, Coriolan est un artiste charmant et nous apprenons beaucoup à l’entendre parler. Une phrase qu’il a dite et qui saura inspirer ceux et celles qui voudraient s’aventurer sur la même voie que lui : « Une vedette, ça ne se fabrique pas, ça se bâtit. »


Coriolan a participé à la fondation du groupe NoDéjà en 1998 et a connu deux grands succès avec ses compositions : Quelque chose about you qui lui a mérité le prix SOCAN, pour l’une des dix chansons populaires les plus radiodiffusées au Québec en 2000, et le tube antillais Konsa également très apprécié du public. L’année suivante, NoDéjà a été mis en nomination au gala de l’ADISQ dans la catégorie Révélation de l’année/Meilleur groupe Hip-hop ainsi que dans la catégorie Meilleur groupe R&B; au gala des Junos à Toronto.