Quoi de neuf?

Quoi de neuf?

Gagnante du concours!

C'est Sarah-Maude Lessard, de l'école secondaire l'Escale à Louiseville qui a remporté le concours organisé dans le [...]

> Lire la suite

Merci de ta participation!

Cet hiver, près de 200 écoles et maisons des jeunes se sont mobilisées pour dénoncer les pratiques douteuses des [...]

> Lire la suite

Pourquoi les compagnies de tabac lancent tout plein de nouveautés?

Les compagnies de tabac utilisent des tactiques de marketing sournoises pour rendre les jeunes accros à leurs produits mortels. Pourquoi? C’est simple : plus jeune on devient dépendant, plus longtemps l’industrie aura des clients…

Les compagnies de tabac se démènent pour attirer de nouveaux consommateurs. Pour ça, elles mettent en marché des produits plus attrayants, plus originaux, etc. Tout ce qui est nouveau attire les jeunes. Voilà pourquoi ils sont la cible principale des compagnies de tabac. Il faut bien remplacer les fumeurs qui meurent ou qui cessent de fumer…

Des stratégies gagnantes

Ajout de saveurs

Pour attirer les jeunes, les fabricants de tabac ont recours à des additifs fruités ou sucrés pour masquer l’âcreté de la fumée de tabac et diminuer les désagréments reliés aux premières expériences avec la cigarette et les autres produits du tabac (comme l’irritation des voies respiratoires).

Ainsi, les jeunes qui s’initient au tabac trouvent leurs premiers essais plus agréables, pensent à tort que ce n’est pas dangereux « tout de suite » et sont plus portés à continuer à en consommer. C’est là le piège : dès les premières expérimentations avec les produits du tabac, la nicotine vient modifier le cerveau et rendre « accro » le jeune au produit sans qu’il s’en doute…

L’aromatisation des produits du tabac a aussi pour effet de dissimuler l’odeur et la nocivité de la fumée secondaire sous un parfum sucré. Mais elle a beau sentir les cerises ou les bonbons, cette fumée secondaire est tout aussi nocive que celle des cigarettes régulières.

En réalité, la fumée des petits cigares aromatisés disperse dans l’air de 67 % à 200 % plus de goudron et autant de nicotine que celle de la cigarette.

Les produits du tabac aromatisés donnent l’impression qu’ils sont faits pour être consommés de façon récréative et occasionnelle, plutôt que de créer une accoutumance. Comme ces produits cachent leur vraie nature, les personnes qui en consomment ne se perçoivent pas toujours comme des fumeurs. Résultat : le fumeur s’aperçoit, trop tard, qu’il est dépendant.

Mettre le paquet sur l’emballage

Puisque les autres formes de publicité et de promotion du tabac sont interdites au Canada, l’utilisation du paquet comme outil promotionnel est d’une grande importance pour les compagnies de tabac.

Pour attirer les jeunes, les compagnies misent sur les emballages ! Ceux-ci peuvent ressembler à des gadgets électroniques (iPod, téléphone cellulaire), à des emballages de bonbons, à des tubes de rouge à lèvres ou à tout autre objet populaire chez les jeunes. L’objectif est de garder le tabagisme moderne et cool aux yeux des jeunes.

Les couleurs, les motifs et les mots utilisés sur les paquets tentent eux aussi de faire croire que les produits du tabac sont moins dangereux qu’ils ne le sont en réalité.

Les emballages de produits du tabac servent également à évoquer des images attrayantes, comme le luxe, la virilité ou la féminité. Par exemple, avec ses cigarettes aux formes fines et allongées l’industrie du tabac vise à ce que les jeunes filles associent ces produits avec la minceur. L’industrie souhaite ainsi donner l’impression que ces cigarettes à l’allure féminine sont plus légères et moins toxiques alors qu’elles ont le même pouvoir addictif et que leur fumée est aussi nocive que les autres produits du tabac.

Et ce n’est pas tout : les emballages de tabac sont aussi conçus pour réduire l’efficacité des avertissements de santé et encourager la fausse croyance que certains produits sont moins dangereux. L’industrie du tabac se sert notamment de l’image et de la couleur de la marque pour distraire l’attention des avertissements de santé. De plus, la forme du paquet et la façon de l’ouvrir rendent souvent la mise en garde moins visible.

Ces tactiques fonctionnent.
Près de 100 jeunes Québécois commencent à fumer chaque jour.

Différents produits, même supercherie

C'est simple, nicotine ou pas, toute fumée dégagée par la combustion d’un produit est dangereuse pour le système respiratoire. Et de la fumée, même à l’arôme de friandises, ça reste de la fumée. Aucune forme de fumée n’est sécuritaire.

SHISHA, aussi appelée narguilé, houka ou chilam, est une sorte de pipe à eau utilisée pour fumer un mélange de tabac, de mélasse et de différents aromates.

Les produits de la shisha sont attrayants, car ils existent dans plusieurs variétés sucrées et fruitées. Les consommateurs croient qu’ils sont moins nocifs parce qu’ils contiendraient peu ou pas de tabac. Et comme la fumée est filtrée dans l’eau, elle est moins irritante pour la gorge.

Fumer la shisha est aussi dangereux que fumer la cigarette. Cela expose aux mêmes produits toxiques (goudron, monoxyde de carbone, nicotine, etc.) et donc à des risques de dépendance, de cancers, de maladies cardiovasculaires et pulmonaires.

Selon la façon de fumer, la longueur de la séance de consommation et le type de « pipe à eau » utilisée, les fumeurs de shisha peuvent inhaler jusqu’à 48 fois plus de fumée que les fumeurs de cigarettes. Ça équivaut à s’exposer aux produits dégagés par plus de 100 cigarettes!

Les CIGARES, en raison de leur taille, dégagent de trois à cinq fois plus de produits nocifs que la cigarette lors de leur combustion.

Pas dangereux le cigare quand on n’inhale pas la fumée? Erreur! Les composés toxiques s’attaquent à la bouche (langue, gencives, palais...). Plus la consommation est importante et associée à la prise d’alcool plus le risque de développer un cancer de la cavité buccale augmente. C’est pas beau à voir!

Tabac « sans fumée » ne signifie pas sans danger ! :

Le TABAC À CHIQUER, à mâcher ou à priser (ou snuff), entraîne une dépendance et représente une menace pour la santé. Les personnes qui consomment de ces produits augmentent leur risque de souffrir de cancers de la cavité buccale, de cancer du pancréas, de maladies cardio-vasculaire, etc. De plus, les consommateurs de ces produits ont aussi plus de problèmes dentaires (caries, perte des dents, maladies des gencives, mauvaise haleine, etc.).

Le SNUS, une autre forme de tabac « sans fumée », est de la poudre de tabac humide vendue habituellement sous forme de sachet. Le consommateur place le produit derrière la lèvre supérieure de quelques minutes à plusieurs heures.

Comme le snus n’est pas inhalé, il n’endommage pas les poumons comme le font les cigarettes. Mais il contient plus de nicotine. Même si on ne connaît pas encore tous ses effets négatifs, on sait qu’il augmente le risque de cancer du pancréas. L’Organisation mondiale de la santé l’a déclaré cancérigène.

La CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ou e-cigarette est un dispositif électronique qui imite la cigarette conventionnelle et simule l’acte de fumer. Elle ne produit pas de fumée mais une vapeur faite de propylène glycol.

De plus en plus répandue sur le marché, la cigarette électronique est l’objet de grandes controverses :

  • Produit non réglementé au Canada, notamment en ce qui concerne la publicité et la vente aux mineurs;
  • Aucune norme de qualité quant au processus de fabrication;
  • Absence de standardisation;
  • Méconnaissance du danger réel des substances absorbées lors de la consommation;
  • Contaminants chimiques détectés dans le produit mais non affichés;
  • Étiquetage trompeur : lors d’une étude, les deux tiers des produits analysés portaient la mention « sans nicotine » alors qu’ils en contenaient.
  • Banalise le comportement de fumer dans la société.

On t’invite à faire valoir ton point de vue! Plein de jeunes se font avoir par plusieurs produits qui peuvent sembler attrayants. Quand on s’informe, il est plus facile de prendre les décisions qui nous conviennent vraiment.

Tu veux changer les choses? Voici des idées pour t’inspirer

Tu veux mettre tes idées en actions? Voici comment joindre le mouvement !

Haut de la page