Quoi de neuf?

Quoi de neuf?

Gagnante du concours!

C'est Sarah-Maude Lessard, de l'école secondaire l'Escale à Louiseville qui a remporté le concours organisé dans le [...]

> Lire la suite

Merci de ta participation!

Cet hiver, près de 200 écoles et maisons des jeunes se sont mobilisées pour dénoncer les pratiques douteuses des [...]

> Lire la suite

La dépendance

Souvent on entend des fumeurs dire que « fumer c’est mon choix ! »  Les renseignements qui suivent démontrent qu’il n’en est rien. De plus, si tu consultes la section sur « L’industrie du tabac » et celle sur « Pourquoi les jeunes fument », tu vas te rendre compte que même quand un jeune pense faire le « choix » lui-même d’essayer une cigarette ou un autre produit du tabac, il est pas mal influencé, dirigé, manipulé par d’autres…

Qui mène : toi ou la nicotine?

Fumer, ce n’est pas une habitude, ni un vice. C’est une dépendance. Une dépendance, c’est sournois. Ça prend des formes différentes, ça se développe plus vite que tu penses et ça n’entraîne que des problèmes.

La dépendance physique est probablement celle que tu connais le plus parce qu’elle fait de toi une sorte d’esclave de la nicotine. Ton corps s’habitue à cette substance et en réclame une dose à intervalle régulier.

L’autre dépendance est psychologique. Elle se développe à chaque bouffée de cigarette ! Comment ça ? Quand tu inhales, la nicotine crée une sensation de plaisir dans ton cerveau. Tu associes donc le fait de fumer à un moment plaisant... et, comme les animaux de laboratoire, tu en redemandes !

Que tu t’amuses ou que tu t’ennuies à mourir, ta cigarette est toujours là pour te faire sentir bien. Tu es en train d'apprendre à tout faire avec une sorte de béquille au lieu de développer tes propres capacités à vivre des moments joyeux, tristes, stressants ou ennuyants. Comme c’est un bien-être créé artificiellement, il te coûtera de plus en plus cher, en argent et en santé, pour pouvoir
te sentir bien.

Plus longtemps tu attends pour te débarrasser de la cigarette, plus tu dépendras d’elle pour vivre ta vie. Tu veux savoir où tu en es face à la dépendance à la nicotine ? Fais ce test !

Test de dépendance à la nicotine

L’objectif du test «Hooked On Nicotine Checklist» (HONC) est de détecter la perte de contrôle face à la consommation de tabac. C’est un outil conçu exprès pour identifier une éventuelle dépendance chez l’adolescent.

oui = 1 non = 0

1. As-tu déjà essayé d’arrêter de fumer sans y parvenir ?
2. Fumes-tu actuellement parce qu’il t’est très difficile d’arrêter ?
3. T’es-tu déjà senti «accro» au tabac ?
4. As-tu déjà ressenti un fort besoin de fumer ?
5. As-tu déjà senti que tu avais réellement besoin d’une cigarette ?
6. As-tu de la difficulté à ne pas fumer quand tu te trouves dans un lieu où la cigarette est interdite (ex. : école, restaurant, cinéma, etc.) ?

Quand tu essaies d’arrêter ou que tu ne peux pas fumer pendant un certain temps…

7. As-tu de la difficulté à te concentrer ?
8. Te sens-tu plus irritable ?
9. Ressens-tu un fort besoin ou une pulsion de fumer ?
10. Te sens-tu nerveux, agité, anxieux ?

TOTAL =   / 10

Interprétation des résultats :

  • Un oui à une seule question suffit à indiquer que tu commences à ressentir une perte d’autonomie face à la consommation de tabac.
  • Plus tu as de réponses positives, plus tu es dépendant.
  • Un score de 7 et plus indique une forte dépendance.

La nicotine contenue dans le tabac est une drogue aussi puissante que l’héroïne ou la cocaïne…

La nicotine se trouve naturellement dans le tabac. Le tabac est la seule plante au monde qui en contient en quantité importante. C’est encore plus vrai depuis que l’industrie du tabac a modifié certaines souches de cette plante pour y augmenter la teneur en nicotine (comme d’autres l’ont fait pour le THC dans la marijuana).

La nicotine est une drogue redoutable parce qu’elle utilise la manière douce pour te contrôler physiquement et psychologiquement :

  • Elle produit une sensation agréable dans ton cerveau sans perturber ton comportement ou tes perceptions. Tu n’es pas «gelé comme une balle» avec des fous rires ou un look «vedge». Tu ne vois pas des petits éléphants roses. Tu restes «normal», mais c’est juste en apparence.
  • Comme les drogues «dures», la nicotine entraîne de l’accoutumance. Ça veut dire que tu dois en prendre toujours un peu plus pour ressentir le même effet. La nicotine produit aussi des symptômes de sevrage très désagréables quand tu essaies d’arrêter de fumer : ça, c’est la dépendance physique…
  • La nicotine ne cause pas de symptômes de sevrage aussi pénibles que ceux de l’héroïne et de la cocaïne. Mais elle entraîne une dépendance aussi forte que ces deux drogues dures ! Pourquoi ? C’est que la nicotine génère aussi une puissante dépendance psychologique qui vient renforcer la dépendance physique.
  • Si tu fumes à l’adolescence, tu introduis de la nicotine dans ton cerveau à un bien mauvais moment. Comme ton cerveau est dans une phase intense de transformation, il est particulièrement sensible à toute substance qui affecte son fonctionnement. Il risque d’en rester marqué pour la vie : tu peux avoir tendance à devenir dépressif, à avoir de la difficulté à affronter le stress, etc.

En fumant, tu te construis un gros problème…

Quand tu fais des activités que tu aimes ou qu’il t’arrive des choses agréables, ton cerveau produit des endorphines. Ces substances te font te sentir bien. Ton cerveau les fabrique automatiquement quand :

  • tu pratiques un sport, et surtout quand tu réussis un bon coup
  • tu fais ou écoutes de la musique
  • tu réalises quelque chose dont tu es fier
  • tu t’amuses avec tes amis
  • tu reçois des compliments ou des félicitations
  • tu as une bonne note à l’école
  • tu ris
  • tu es en amour, etc.

Ces expériences te procurent du plaisir grâce aux endorphines que ton cerveau produit naturellement et gratuitement... C’est pour cette raison que tu cherches à les revivre…

Mais si tu fumes, tu te construis un gros problème. À chaque bouffée, la nicotine arrive à ton cerveau en moins de 10 secondes. Celui-ci fabrique immédiatement des endorphines. Tu conditionnes donc ton cerveau à les produire principalement à l’aide de la nicotine plutôt qu’à partir de ce que tu fais, toi !

Ça veut dire que tu devras payer de plus en plus de $$$ pour quelque chose que tu as déjà en toi. Et que tu dépendras de la nicotine pour te sentir bien. Pas drôle, non ?

En plus de la dépendance physique, la nicotine entraîne une forte dépendance psychologique…

À chaque cigarette, tu tires en moyenne 10 à 12 bouffées (ou « pofs »). Autrement dit, au moins dix fois par cigarette, tu absorbes une drogue qui te fait te sentir bien. Multiplie ça par le nombre de cigarettes fumées et c’est presque effrayant !

Pas convaincu ? Regarde combien de fois par jour et par année ton bien-être (ou celui d’un ami fumeur) dépend de cette drogue. Essaie différents calculs :

  • Pour 2 cigarettes et moins par jour (c’est la consommation de 50 % des jeunes fumeurs du secondaire), ça donne un maximum de 20 fois par jour, soit 7 300 bouffées par année.
  • Pour 11 cigarettes et plus par jour (11 % des jeunes fumeurs du secondaire), ça donne un minimum de 110 bouffées par jour, soit 40 150 bouffées par année.
  • Et pour un fumeur régulier qui grille en moyenne 15 cigarettes par jour, ça donne 150 «hits» de nicotine par jour, pour un grand total de 54 750 par année.

Imagine…

Ton cerveau (ou celui de ton meilleur ami fumeur) va associer positivement chacune de ces «pofs» à ce que tu vis au moment où tu absorbes la nicotine. Tu peux être stressé, fâché, fou de joie ou triste. Ton cerveau, lui, ne voudra qu’une chose : vivre cet instant avec ton « amie », la cigarette. Car celle-ci est devenue indispensable à ton bien-être.

En fumant, tu programmes ton cerveau à relier la cigarette avec tout ce que tu fais et tout ce qui t’arrive. Voilà pourquoi c’est si difficile de se libérer de la dépendance au tabac... Donc, plus tu te décides tôt à cesser de fumer plus faible sera ta « programmation » de fumeur.

Tu viens de prendre conscience que tu perds ton argent pour rien ?  Tu es convaincu de vouloir cesser de fumer ?  Consulte les trucs qu’on a pour toi.

Haut de la page