Un jeune de la Ville de Saguenay reçoit le prestigieux prix Marcel-Boulanger 2011

27 mai 2011, 12h02
modifié 27 mai 2011, 12h11

Alexandre Tremblay, 15 ans, de la Ville de Saguenay (arrondissement de Chicoutimi), est le grand gagnant de la cinquième édition du prix Marcel-Boulanger. Assorti d’une bourse de 500 $, ce prix d’envergure provinciale lui a été remis le jeudi 26 mai par messieurs Stéphane Bédard, député de Chicoutimi et porte-parole du Parti québécois en matière de réforme des institutions, Éric Dubois représentant de Dany Morin, député néo-démocrate de Chicoutimi-Le Fjord, et André Marchand, répondant du programme de lutte contre le tabagisme à l’Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay–Lac-St-Jean, lors du Gala Méritas de l’École Odyssée–Dominique-Racine, à l’auditorium du Pavillon Lafontaine, à Ville de Saguenay (arrondissement Chicoutimi). Décerné chaque année par le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), ce prix est remis à un jeune âgé entre 12 et 18 ans qui se démarque par son engagement exceptionnel à lutter contre le tabagisme.

Le député Bédard s’est dit heureux de souligner l’implication de cet adolescent aux qualités exceptionnelles, qui milite pour sensibiliser son entourage aux effets néfastes du tabac. « Je suis sans cesse étonné quand je vois des jeunes comme Alexandre s’impliquer à fond dans une cause aussi noble que celle de la lutte contre le tabagisme et réaliser des activités de prévention qui peuvent faire une réelle différence dans leur communauté. Il est essentiel que les jeunes soient constamment conscientisés à l'impact du tabagisme si on veut réussir à enrayer ce fléau un jour » a-t-il affirmé. Le mérite pour ce prix est aussi souligné par André Marchand. «Je reconnais sans équivoque le leadership dont fait preuve Alexandre et me réjouit de l’avoir comme allié dans la lutte contre le tabagisme. Nous sommes très heureux d’avoir la collaboration d’un jeune qui s‘implique avec autant d’enthousiasme dans l’amélioration de la santé des gens de la région. Je l’en félicite et l’en remercie».

Pour sa part, Madame Olga Debiencourt, la responsable du Réseau conseil de la gang allumée, ce regroupement au sein duquel Alexandre représente la grande région Saguenay–Lac-Saint-Jean, est très fière des réalisations de sa recrue et se réjouit de sa nomination. « Depuis son arrivée au Réseau conseil de la gang allumée il y a un an et demi, Alexandre a acquis énormément de confiance en lui. Le fait d’avoir été sélectionné comme représentant de sa région lui a permis non seulement d’affirmer son leadership naturel et sa forte personnalité, mais aussi de faire une réelle différence dans la vie des jeunes de son âge quant à leur décision de fumer ou non. Alexandre est sans contredit un bel atout à l’intérieur de ce groupe témoin de 16 adolescents de 13 à 16 ans de toutes les régions du Québec qui conseille le ministre et le ministère de la Santé et des Services sociaux dans les dossiers relatifs à la prévention du tabagisme juvénile. Les réalisations de ce tout jeune homme sont nettement impressionnantes et méritent grandement cette reconnaissance officielle. »

Fervent défenseur de la lutte contre le tabagisme, Alexandre Tremblay s’implique à fond dans La gang allumée de l’École Odyssée–Dominique-Racine depuis quatre ans. Sa conviction pour la cause est telle qu’il ne ménage aucun effort pour convaincre les élèves de son école de rester non fumeurs et qu’il prend toujours les devants pour réaliser avec succès de nouvelles activités de sensibilisation contre le tabagisme. L’adolescent a participé au projet In Vivo en mai 2010, au concours de vidéo provincial « On sang mêle » avec La gang allumée, en plus d’être l’un des instigateurs et porte-parole de la journée du 18 janvier 2011 qui invitait la population à ne pas fumer dans la voiture en présence d’enfants. Le jeune Alexandre aime la musique, le chant et se passionne pour tout ce qui touche la sonorisation et l’éclairage de scène. Bien qu’il ait connu quelques difficultés au niveau scolaire au début du secondaire, Alexandre a bien failli devenir un décrocheur mais il a plutôt choisi de reprendre sa vie en main, ce qui fait de lui un modèle pour les jeunes de sa génération.

L’engagement d’Alexandre Tremblay dans son école est loin de passer inaperçu des autorités scolaires. Madame Mireille Boutin, la directrice adjointe pour les élèves de 3e secondaire de l’École L’Odyssée–Dominique-Racine, a été à même de collaborer à plusieurs reprises avec Alexandre, ce qui lui a permis de constater à quel point ce garçon est débrouillard et attachant. « La contribution d’Alexandre à La gang allumée de notre école est extrêmement bénéfique et sa personnalité rassembleuse fait en sorte que le personnel voit quotidiennement son engagement et son rayonnement. » Qu’est-ce qui peut bien motiver cet adolescent de 15 printemps à en faire autant ? Il souhaiterait qu’un plus grand nombre de gens changent cette mauvaise habitude tout en gardant une bonne attitude.



L’origine du prix Marcel-Boulanger

Le prix Marcel-Boulanger a été créé en l’honneur du docteur Marcel Boulanger, médecin de réputation internationale, qui a œuvré pendant plus de trois décennies à l’Institut de cardiologie de Montréal. Il est activement engagé dans la lutte contre le tabac depuis plus de 20 ans. Impressionné par les ravages du tabagisme chez ses patients, il a été l’un des premiers de la profession médicale à convaincre les gouvernements et les médias de l’importance d’agir face à ce fléau. De 1997 à 2010, le docteur Marcel Boulanger a occupé le poste de président du conseil d’administration du Conseil québécois sur le tabac et la santé. Le docteur Boulanger juge d’ailleurs très important de décerner un tel prix à la relève : « Les jeunes sont trop souvent dans la mire des compagnies de tabac. Au début de la prise de conscience sur les ravages du tabac, nous étions peu nombreux et déjà loin de notre adolescence. Je suis particulièrement touché de voir des jeunes mettre leur enthousiasme et leur dynamisme à continuer la lutte en gardant à l’esprit qu’ils seront continuellement la cible d’une industrie qui carnassière, les considère aussi comme de la relève. »
> Lire la suite